Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 08:30

   

ORMUS

opal

-diamond water- ormus-etiquette-opal-fond-espace_modifie-2.jpg

 

ORMUS SANS SEL

Rincer soigneusement plus de 10 fois.

Contrairement aux ormus classique tres salé et au gout de marée, l'opal ormus a un merveilleux gout de lait, il ne contient plus, ni sel, ni soude,

ne reste que le lait de magnesium, de calcium et les elements M en suspension.

 

 

Si vous souhaitez devenir distributeur

Contactez nous

orb2012@hotmail.com

    

bouteille-eau-diamant-arc-en-ciel-reduit.jpg  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réalisé à partir d'eau diamant de couleurs  opale2.jpg

 

opales1.jpg

 

 

 

 

campo del cielo

 

 

 

d'élixir d'opales

et météorites


L'eau diamant est une eau informée avec plusieurs centaines de codes:

figures géometrique, sons, couleurs, noms sacrés, formules mathematiques...

ormus-bouteille-violette-reduit.jpg

 opal ormus

(1 litre= cure de 1mois puis 2-3 mois en entretien)

1 litre 60 euros (60€/l)  

2 litres 100 euros (50€/l)

Bidon de 5 litres 200 euros (40€/l) prix de gros

10 litres 400€ +1 litres offert (36€/l)

 

Frais d'expédition 10 euros

Pour 11 litres 20€

Pour les distributeur, je peux réaliser l'embouteillage et l’expédition en dessous de 5 bouteilles par mois, ainsi pas de stockage et produit toujours fraichement préparé.
 

comment passer commande?

 

Approvisionnement régulier:

1 litre 60€ 

2eme litre 50 euros

3eme et plus 40 euros

 

Notre objectif est de s'équiper pour accroitre la production et continuer a baisser les prix.

 

Dosage d'entretien

1 cuillère à café, 2 fois par jour

Possibilité d'augmenter les doses progressivement

pour un effet plus rapide.

Suivez votre ressenti.

   Puis revenez au dosage d'entretien.

Le premier litre se consomme donc en moyenne en 2 mois.

 

 

L'argent ne sera jamais

un obstacle à l'évolution.

Vous avez des problèmes financiers?

Contactez-nous.

Vous êtes en situation d'urgence :

nous vous le donnerons!

 

Fraternellement,

 

Frey

orb2012@hotmail.com

 

 

Cet ORMUS est issu d'un elixir d'opales réalisé à partir d'eau diamant.

Il est extrait des sels les plus concentrés en minéraux de la planète donc en élément M.

Le sel de l'Himalaya

enfoui sous terre depuis 250 millions d'années

a capté 84 minéraux.

Le sel de la Mer Morte

contient dix fois plus de substances minérales

que l'eau des autres mers.

 

 

Les éléments ormus sont présents dans l'eau, l'air, la terre et les tissus vivants.

Ils sont concentrés dans le sel. C'est depuis ce dernier qu'ils sont extraits à partir d'une solution d'eau distillée.

L'ormus se charge des énergies

qui l'entourent lors de sa création.

Divers procédés et symboles de charge ont été utilisés :

la pyramide

le triskel

le cube de métatron

la fleur de vie

le dodécaèdre

les 72 pentacles des anges

la plaque atlante

beaucoup d'amour et de concentration ainsi qu'une toute nouvelle technologie dont nous parlerons plus tard.

La méthode a été améliorée en remplaçant l'eau distillée par de l'elixir d'opales réalisé avec de l'eau diamant distillée.

 

Petit rappel:

L'Ormus peut avoir des effets puissant sur certaines personnes notamment au niveau des perceptions. Cependant l'alcool ainsi que d'autres substances en reduisent la perception.

 

Quelques effets de l'ORMUS

 

Les plantes croissent 2 fois plus vite, sont 2 fois plus grosses, produisent 2 fois plus...

   ormusoranges.jpg

Les signes de l'âge disparaissent.

 ormusbarbe

 

 

*Les capacites de régénération sont démultipliées.

ormuschat  Un chat ayant perdu sa queue dans un accident alors qu’il était âgé d’un mois. Après un traitement à l’Ormus dans sa nourriture et sur le bout de la queue, on constate une repousse de 6cm après 2 mois et demi. 2 ans plus tard, la dernière photo nous montre que la queue a entièrement repoussé.

 

Tous ces cas sont le fait de particuliers des 4 coins du globe, témoignant de leur expérience de l'ormus.

Les comptes rendus sont légion, il suffit de faire de rapides recherches sur internet pour voir le nombre de résultat en images ou en vidéos.

ormusmais.jpg

 

Extrait du site

http://www.b-harmony.com/calendrier/barry_carter.htm

 

Les éléments ORMUS sont des éléments en métal précieux, dans leur forme naturelle non métallique.
Sous cet aspect, ils sont beaucoup plus ordinaires qu'ils ne le sont dans leur forme métallique.
Les éléments ORMUS sont des minéraux nutritifs essentiels à toute forme de vie.

De nombreux témoins attestent de l'amélioration de leur état suite à la prise des éléments ORMUS dans leur forme concentrée.

Ces éléments ont aussi d'étranges propriétés. Parfois ils disparaissent, lévitent ou traversent des parois solides. Ils ressemblent aux matériaux utilisés anciennement par les alchimistes. Ils ont été associés aux "manna" bibliques, "shewbread", à l'or du Roi Salomon et aux "mfktz" égyptiens, relatés par Laurence Gardner dans son livre " Lost Secrets of the Sacred Ark ". Les textes anciens, hindous et chinois, font allusion à des matériaux similaires possédant des propriétés identiques.
Beaucoup de consommateurs affirment que les éléments ORMUS accroissent les facultés psychiques et spirituelles.

Les éléments ORMUS proviennent de l'air, de l'eau et de la terre.
Leur relative abondance les rend facile à extraire et leur mise en concentration requiert des méthodes chimiques et mécaniques plutôt simples. Les matériaux d'ORMUS sont apparemment des élément chimiques traditionnels ayant adopté une structure atomique différente. Ainsi, il s'agirait d'un 4e état possible de la matière, mis à part le solide, liquide, et gaz que nous connaissons déjà. Il existe un lien important, voire majeur, entre ce "nouvel" état de la matière, connu depuis des millénaires par les alchimistes, et le phénomène d'énergie d'orgone.
Nous sommes sur le point de faire le lien entre la matière et l'éthérique…

Concernant l'eau, nous savons qu'elle contient beaucoup plus que des atomes d'hydrogène et d'oxygène.
Un gallon d'eau triple distillée pèse 8 livres, alors qu'un gallon d'eau synthétisée en laboratoire à partir d'oxygène et d'hydrogène pèse 7 livres. Lorsque nous apprenons que les éléments à l'état M sont solubles à l'air, et qu'ils ont la capacité de se cacher à l'intérieur des molécules, il devient possible d'imaginer que ces particules " nouvelles " n'aient jamais été découvertes par les scientifiques traditionnels mais qu'elles constituent une composante bien essentielle de l'eau.
Ceci pourrait aussi expliquer les effets de "mémoire" et de programmabilité de l'eau.

 

Ce qui est vraiment étonnant au sujet de cette énigmatique poudre blanche d’or, à spin élevé, et des métaux platinoïdes, c’est que leur découverte n’est en fait pas récente. Les anciens Mésopotamiens l’appelaient shem-an-na et les Egyptiens la désignaient par mfkzt (la traduction des hiéroglyphes omet les voyelles), tandis que les Alexandrins la vénéraient comme un don du paradis, et plus tard des chimistes, tel Nicolas Flamel, l’appelèrent la Pierre Philosophale.



" L’illumination finale", (ou, comme les Grecs l’appelaient : la gnose), était une quête perpétuelle idéale. Car, outre le corps physique, on était censé posséder un "corps de lumière", qui, lui aussi, devait être nourri et soigné afin de se développer. Le "corps de lumière" était appelé le ka et, bien que ce fut essentiellement une forme de vie intangible, il était réputé demeurer actif dans l’après-vie. L’aliment du ka était la lumière, qui générait l’illumination et la substance productrice de lumière était le mfkzt, la blanche poudre d’or.

 


A toutes les époques de l’histoire, la "poudre de projection" sacrée était réputée posséder d’extraordinaires pouvoirs de lévitation, de transmutation et de téléportation. On disait qu’elle produisait une lumière brillante et des rayons mortels, tout en étant la clef d’une longévité physique active. Dans le monde actuel, l’Institut des Etudes Avancées (Austin, Texas, USA) a décrit cette substance comme "matière exotique", et sa supraconductivité (une de ses caractéristiques principales) a été déclarée par le Center for Advanced Studies (Université de l’Illinois, USA) comme étant "la propriété physique la plus remarquable de l’univers".

 

LA SCIENCE MODERNE RENCONTRE L’ANCIENNE ALCHIMIE

Revenons au début. Nous pouvons jeter un autre regard aux ORMES et à leur ingestion régulière par les pharaons égyptiens et les rois babyloniens, pour voir exactement comment ces éléments monoatomiques étaient utilisés pour alimenter leurs corps de lumière, avec des résultats étonnants.

Dans un article du numéro de mai 1995 du Scientific American, les effets du métal ruthénium, du groupe platine, contenus dans l’ORMUS  étaient abordés en relation avec l’ADN humain. On y observait que lorsqu’un unique atome de ruthénium était placé à chaque extrémité d’un brin d’ADN court, ce brin devenait 10000 fois plus conducteur. Il devenait en fait un supraconducteur. Depuis quelques temps les chimistes se doutaient que le double hélicoïde pourrait créer, dans l’axe de la molécule, un chemin hautement conducteur, et nous en avions ici la confirmation.

Pareillement, la Platinum Metals Review a régulièrement publié des articles concernant l’utilisation du platine, de l’iridium et du ruthénium dans le traitement des cancers (qui sont provoqués par une division anormale incontrôlée des cellules du corps). Lorsque l’état d’un ADN est modifié (ce qui est le cas dans un cancer), l’application d’un composé de platine entrera en résonance avec la cellule déformée, provoquant la détente de l’ADN et sa rectification. Un tel traitement n’implique aucune chirurgie ; il ne détruit pas les tissus environnants par des radiations et n’agresse pas le système immunitaire, comme le font la radiothérapie et la chimiothérapie.

La profession médicale s’intéressa au haut-spin lorsque la division de recherche biomédicale de la compagnie pharmaceutique Bristol-Myers Squibb annonça que les atomes de ruthénium interféraient avec l’ADN, corrigeant la malformation de cellules cancéreuses. (L’or et les métaux monoatomiques du groupe platine sont en fait des "atomes furtifs", et il est à présent établi que les cellules du corps communiquent entre elles par l’intermédiaire des atomes furtifs à travers un système d’ondes lumineuses). Ce que la nouvelle science découvre, c’est que le ruthénium monoatomique entre en résonance avec l’ADN, démonte l’hélicoïde court et le reconstruit correctement ; exactement comme on démonte et reconstruit un bâtiment en mauvais état.

On sait que l’iridium et le rhodium ont tous deux des qualités anti-vieillissement, tandis que les composés de ruthénium et de platine interagissent avec l’ADN dans le corps cellulaire. On sait également que, dans leur état monoatomique à haut-spin, l’or et le platine peuvent activer le système glandulaire endocrinien au point de porter la conscience, la perception et les aptitudes à des niveaux extraordinaires. A cet égard, on estime que la poudre d’or à haut-spin a un net effet sur la glande pinéale, augmentant la production de mélatonine. Pareillement, la poudre d’iridium monoatomique a un effet similaire sur la production de sérotonine de la glande pituitaire, et réactiverait "l’ADN-rebut" ainsi que les zones du cerveau imparfaitement exploitées, ou pas du tout.

Il est particulièrement important que, nonobstant toute la recherche actuelle coûteuse et étendue dans ce domaine, les secrets des pierres à feu de haut spin étaient connus de nos ancêtres il y a des milliers d’années. Ils connaissaient l’existence des supraconducteurs propres au corps humain: éléments de la conscience individuelle qu’ils appelaient le "corps de lumière" (le ka). Ils savaient que le corps physique et le corps de lumière devaient être nourris pour augmenter la production hormonale, et l’ultime aliment pour ce dernier était appelé shem-an-na par les Babyloniens, mfkzt par les Egyptiens et manna par les Israélites.

La poudre magique de projection était fabriquée par les prêtres Maîtres Artisans des temples (les Gardiens de la Maison de l’Or) dans le but précis de déifier les rois... et elle fait sa réapparition aujourd’hui en tant que nouvelle substance primordiale dans des domaines allant du traitement du cancer à l’avion furtif. Elle pourra même fournir la "matière exotique" essentielle au voyage spatial vers des dimensions d’espace-temps inaccessibles jusqu’ici.
 

HISTOIRE DE LA POUDRE D’OR BLANCHE REDECOUVERTE

Quittant le Moyen Orient, notre histoire se poursuit en Amérique où, tout à fait par hasard, les mystères de cette science depuis longtemps oubliée ont été redécouverts très récemment. Non seulement le mfkzt a refait surface pour prendre place au premier rang de la recherche en physique quantique, mais les histoires de l’Arche d’Alliance, les récits mettant en scène éclairs de lumière, lévitation et autres attributs divins des textes anciens, sont soudainement devenus des réalités scientifiques modernes.
L’histoire de cette première découverte a été relatée en 1996 dans des articles de Nexus par l’agriculteur David Hudson de Phoenix, Arizona. Il expliquait que sa terre souffrait d’un taux élevé de sodium qui durcissait la surface et la rendait étanche à l’eau. Pour corriger cela, (en 1976), il injecta de l’acide sulfurique dans le sol afin de rompre cette croûte et de lui donner une consistance malléable. Mais en analysant les composants qui n’avaient pas été dissous par l’acide, il découvrit qu’un des matériaux avait des propriétés inhabituelles. Chauffé par le soleil de l’Arizona, ce composant s’enflammait en un grand éclat de lumière blanche et disparaissait complètement. Cependant, à l’analyse spectroscopique, cette substance se révéla être "du pur rien" !
Après des essais infructueux à l’université de Cornell, un échantillon fut envoyé aux laboratoires Harwell, dans l’Oxfordshire en Angleterre, pour une analyse d’activation neutronique, mais même cela ne permit pas une indentification valable. Finalement, moyennant l’assistance de l’Académie des Sciences Soviétique, on parvint à la conclusion que cette mystérieuse matière blanche brillante était entièrement composée de métaux platinoïdes sous une forme jusque-là inconnue de la science.
Au fil de la poursuite de ces recherches, le matériau fut régulièrement chauffé et refroidi, ce qui eut pour effet une fluctuation de son poids gravitationnel. On observa également qu’à une certaine température, la perle blanche se désagrégeait pour devenir une poudre monoatomique (un seul atome) et qu’à ce stade son poids diminuait de façon spectaculaire à 56% du poids d’origine. Une montée en température jusqu’à 1160°C transformait cette substance précieuse en un verre merveilleusement clair, tandis que son poids retrouvait les 100% d’origine. Cela semblait impossible, mais l’expérience fut répétée nombre de fois !

Complètement perplexes, les scientifiques poursuivirent leurs investigations. En chauffant et en refroidissant de façon répétée, sous des gaz inertes, ils découvrirent que la phase de refroidissement portait l’échantillon à un poids incroyable égal à 400 fois sa valeur d’origine; mais en le chauffant à nouveau, le poids diminuait à moins que rien, une valeur largement négative. Lorsqu’ils retirèrent l’échantillon du plateau, ils s’aperçurent que celui-ci était plus lourd que lorsque le matériau s’y trouvait et que la substance possédait la propriété de transférer son apesanteur à l’objet qui le contenait. En d’autres termes, même le plateau était en lévitation ! Ceci correspondait exactement à l’ancien texte alchimique alexandrin qui, 2000 ans plus tôt, disait de la Pierre en or du paradis que : "la matière surpasse en poids sa quantité d’or d’origine, mais une fois transformée en poudre, elle ne fait pas le poids en balance avec une plume".

Il fut établi aussi que la substance était un supraconducteur naturel à champ magnétique nul, repoussant également les pôles magnétiques nord et sud, tout en ayant le pouvoir de lévitation et d’emmagasiner n’importe quelle quantité de lumière et d’énergie.
Parvenu à ce stade, David Hudson rencontra le Dr Hal Puthoff, Directeur de l’Institut des Etudes Avancées à Austin, Texas. Dans sa recherche sur l’énergie et la gravité au point zéro en tant que force fluctuante de point zéro, Puthoff avait établi que, lorsque la matière commence à réagir en deux dimensions (comme le faisaient les échantillons d’Hudson), elle devait théoriquement perdre environ 4 neuvièmes de son poids gravitationnel. Cela représente environ 44%, précisément le chiffre résultant des expériences sur la poudre blanche.
Hudson fut donc en mesure de confirmer, par la pratique, la théorie de Puthoff, selon laquelle lorsque la poudre monoatomique passe à un état de supraconductivité, elle n’accuse que 56 % de son poids d’origine ; et aussi que lorsqu’elle est chauffée elle peut parvenir à un état gravitationnel inférieur à zéro, si bien qu’à ce point le plateau pèse moins que lorsqu’il est vide.

Finalement, moyennant l’assistance de l’Académie des Sciences Soviétique, on parvint à la conclusion que cette mystérieuse matière blanche brillante était entièrement composée de métaux du groupe platinique sous une forme jusque-là inconnue de la science.

En chauffant et en refroidissant de façon répétée, sous des gaz inertes, ils découvrirent que la phase de refroidissement portait l’échantillon à un poids incroyable égal à 400 fois sa valeur d’origine ; mais en le chauffant à nouveau, le poids diminuait à moins que rien, une valeur largement négative. Lorsqu’ils retirèrent l’échantillon du plateau, ils s’aperçurent que celui-ci était plus lourd que lorsque le matériau s’y trouvait et que la substance possédait la propriété de transférer son apesanteur à l’objet qui le contenait.

Comme la gravité détermine l’espace-temps, Puthoff conclut que la poudre était une "matière exotique", capable d’infléchir l’espace-temps.

Cependant la poudre mfkzt devait alors (selon la théorie) entrer en résonance dans une autre dimension, dans quel cas elle devait devenir complètement invisible. Hudson confirma une fois de plus que c’était exactement le cas : l’échantillon disparaissait en effet à la vue tandis que son poids s’annulait.
Ce dont il était question, ce n’était pas simplement la disparition visuelle de la substance, mais qu’elle était littéralement transportée dans un plan alternatif parallèle, une cinquième dimension de l’espace-temps. La démonstration en fut faite lorsqu’on tenta de la remuer et de la ramasser avec une spatule, de telle sorte que, lorsqu’elle réapparaîtrait à la vue, sa position soit différente. Mais cela ne se produisit pas, toute la substance réapparut exactement dans la même position et la même forme qu’au départ. Rien n’avait été dérangé pendant la période d’invisibilité, parce qu’il n’y avait plus rien eu de présent dans le plateau. Bref, la substance n’avait pas été invisible, elle avait en fait modifié son état physique et était passée dans une autre dimension.
Le Dr Puthoff expliqua que c’était analogue à la différence entre un avion furtif, qui ne peut être détecté par les radars, et un aéronef qui serait carrément passé dans une autre dimension.

Ceci donc est la dimension supraconductrice de l’Orbite de la Lumière ou, comme il est écrit sur les tombes égyptiennes, du champ de Mfkzt.

Au début des années 1990, des articles concernant les atomes furtifs et la supraconductivité commencèrent à être publiés très régulièrement dans la presse scientifique. L’Institut Niels Bohr à l’université de Copenhagen, ainsi que les Argonne National Laboratories à Chicago et le National Laboratory Oak Ridge, au Tennissee, dépendants du Département US de l’Energie, confirmèrent tous que les éléments découverts par Hudson existaient certainement en l’état monoatomique. Ceux-ci incluaient l’or et le groupe des métaux platiniques : l’iridium, le rhodium, le palladium, le platine, l’osmium et le ruthénium.

En déposant ses brevets, Hudson fit classer les substances en tant qu’Eléments Monoatomiques à Réarrangement Orbital (EMRO) [Ndt : ORME en anglais], et la terminologie scientifique décrivant le phénomène monoatomique est : "haut-spin déformé assymétriquement". Ces substances sont supraconductrices parce que les atomes à haut-spin peuvent transmettre l’énergie de l’un à l’autre sans aucune perte.

 
Repost 0

Présentation

  • : orgon2012
  • orgon2012
  • : Orgonites composées d'or, diamants, herkimer, météorites... "2012 Crystal and Jewellery" grossiste en pierres semi-précieuses et météorites,18 années de connaissances et d'expérience au service des orgonites. De formation scientifique, après avoir participé à la recherche sur la greffe de neurones, je partage avec vous les découvertes de notre temps en matière de santé, de conscience et d'énergie. CONTACT: orb2012@hotmail.com
  • Contact

Bonjour

Orgonites